Gestion sécuritaire

Le mode de transport d’énergie le plus sécuritaire

Les conduites de transport de gaz naturel sont très sécuritaires. Selon Transports Canada, c’est le mode de transport d’énergie le plus sécuritaire. Le réseau canadien de transport de gaz naturel est soumis à des normes réglementaires très sévères, ainsi qu’à des normes de l’industrie auxquelles tous les opérateurs doivent se conformer, particulièrement au chapitre de la sécurité.

crédit photo : CEPA
Parmi les mesures de sécurité mises en place : 
  • Les conduites sont prémunies contre la corrosion par un enduit époxydique et par un système de protection cathodique. 
  • Une inspection interne de la paroi est réalisée à intervalle régulier pour vérifier l’intégrité de la conduite. 
  • Une surveillance permanente est exercée 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. 
    • Des régies de contrôle automatique assurent une surveillance ininterrompue de la conduite, à l’affût de la moindre anomalie, baisse de pression ou de débit. 
    • Un centre de contrôle sous la surveillance de techniciens spécialement formés à cet effet assure une vigie 24 heures par jour, 365 jours par année. 
  • Des instruments de mesure redondants sont installés pour détecter immédiatement toute anomalie, par exemple une baisse de pression. La surveillance constante permet un arrêt rapide et à distance des stations de compression et des vannes à chaque fois que cela s’avère nécessaire.
  • En cas d’anomalie, des équipes spécialisées sont promptement dépêchées sur place afin de sécuriser les lieux et, le cas échéant, procéder aux réparations. 
  • Ces mesures de sécurité sont complétées par des surveillances aériennes et pédestres et la tenue d’exercices à fréquence régulière.

Saviez-vous qu’en cas de fuite…

  • Le gaz naturel se dissipe dans l’atmosphère
  • Très faible risque de contamination des sols
  • Très faible risque de contamination des cours d’eau
  • Très faible risque de contamination de la nappe phréatique
  • Très faible risque de conséquences sur la faune et la flore
  • Le risque d’incendie ou d’explosion est très faible. Pour que le gaz naturel s’enflamme, il doit être mélangé à l’air ambiant dans une proportion précise de 5 % à 15 % et entrer en contact avec une source d’inflammation.

En cas de fuite

  • Dès l’observation d’une anomalie :
    • Fermeture des stations de compression 
    • Fermeture des vannes (situées aux 30 km environ)
  • Envoi des premiers répondants pour sécuriser le site et assurer la protection du public. 
  • Envoi d’équipes qualifiées pour enquêter et pour gérer la situation